D. Queues Hiolle (France):

La célèbre maison de billard Hiolle porte le nom de son fondateur en 1820. Son usine se trouvait à Maranville en Haute-Marne.

Plusieurs membres de la famille Marillier succédèrent à M. Hiolle et établirent leurs magasins à Paris. L'usine fut reprise par Klein vers 1950-60 et cessa ses activités en 1982.

...........

Pour plus de détails, voir Section Q. Historique et l'article intitulé Les Billardiers Hiolle et Klein de Gilles Fourtier paru dans la revue française Folklore de Champagne, 130, pp. 14-25, 1992. Cette revue contient également une reproduction (pp. 20, 21) d'un reportage paru en pleine page le 8 avril 1949 dans le quotidien «La Haute-Marne Libérée». On peut y lire 'Il n'est pas exagéré de prétendre que l'usine de Maranville fournit à la fin des années 1800 la presque totalité du monde en queues de billard...Elle employait, avant 1914, 35 ouvriers...Elle usinait alors 300.000 mètres cubes de bois chaque année...'
A l'origine les queues Hiolle étaient réalisées principalement en ébène, palissandre des Indes, amarante, ébène de Macassar, bubinga, alisier et charme (*). Elles étaient très souvent sculptées et incrustées de nacre et d'ivoire. Les Hiolle étaient surtout connues pour leurs 4 (ou plus) pointes (voir Section L 2 b Construction). D'autres modèles eurent également leur succès.
Voici quelques exemples (**) de:

Fûts à 4 pointes (ceux-ci sont classés suivant leur âge approximatif, décroissant de 135 à 35 ans).

1
Sculpté. Ivoire et nacre. Pour détails, voir la queue n° 1 de la Section B.

2
Queue d'une pièce. Ivoire et nacre. Pour détails, voir la queue n° 2 de la Section B.

3
Queue très semblable à la précédente mais en deux parties.

4
Superbe décoration complexe. Palissandre sculpté et érable. Pour détails, voir le début de la Section C.

5.
En amarante sculptée et frêne. Pour détails, voir la queue n° 3 de la Section B.

Les queues 1 à 5 datent de la fin des années 1800.

6
Sculpté à la main et incrusté de nacre HiolleHiolle

7
Egalement sculpté à la main, avec quelques motifs semblables aux précédents.

8Hiolle
Palissandre sculpté et érable.Talon biseauté et garni de plaques triangulaires en nacre et en bois (***).

9
Orné d'une plaque triangulaire en nacre.

10 à 13






Hiolle ancienne

Ecusson signé O T S


Incrustés d'un grand écusson en nacre, avec monogramme chez 10 (***) et 12, et finement sculptés.
Les flèches du 10 et du 12 sont rares. La première a 4 pointes et la seconde, signée, a une virole en forme de cloche (voir Section L 1 c).

14 à 16

Pour détails de sculpture, voir la queue n° 2 de la Section L 2 e.





Trois L' Universelle (voir Section A).

17
Ebène de Macassar et nacre.

18 à 23




Six ornementations (quadrillages) anciennes.


24
Pour détails de sculpture,
voir la queue n° 1 de la Section L 2 e.

25
Rare, car le frêne a été très peu utilisé dans la construction de fûts Hiolle.

26 à 28


Incrustés du même grand écusson et les creux des sculptures du n° 28, orné de fleurs à six pétales pointus, sont dorés.

Hiolle dorée

Notons qu'il existe aussi une version dorée du n° 26.

29
Datant des années 1960.

Ci dessous, des modèles distribués ou vendus par des maisons de billard belges ou allemandes.

Belgique.

Horemans

30

31

32

Datant des années 1950-60.

Basile

33
Pour détails de sculpture, voir la queue n° 3 de la Section L 2 e.

Van Laere

34
Pour détails de sculpture, voir la queue n° 5 de la Section L 2 e.

Allemagne.

Bour (Cologne)

35

Avec décalcomanies Hiolle et Bour et signature Hiolle sur fût et flèche.

Fûts à 8 pointes.

Voici quatre exemplaires distribués par la Maison Horemans.

36 à 39

Ceux-ci sont faits main car, par exemple, les pointes et les fleurs à cinq pétales ronds,

sont différentes. Notons que le fût 38 a probablement perdu des décalcomanies et la dorure des creux de ses sculptures.

Fûts sans pointes:

a. de forme tronconique.

40


En ébène de Macassar, finement sculpté et incrusté d'un très grand écusson en nacre avec monogramme, signé et datant d'avant 1920.

41
Pourvu d'un manchon en caoutchouc encastré.

b. de forme "bouteille":

- d'une pièce.

42

43
Probablement fabriqué par Hiolle-Klein et distribué par la Maison Caro.

44
Pourvu d'un fil textile encastré et d'une bague en cuivre. Probablement construit par Klein.

- en 2 parties (à poids réglable).

45
Pourvu du manchon en caoutchouc d'origine encastré et d'une bague en laiton. Distribué par la Maison Horemans.

46

Garni d'un 'grip' en cuir d'origine encastré. Distribué ou vendu par la Maison Bour (Allemagne)

47.

Même modèle que les deux précédents, mais sculpté.

- en 3 parties (à poids réglable),

48
Orné de belles incrustations florales.

Fleurs

49
Probablement fabriqué par Hiolle-Klein et distribué par la Maison Caro.

Il semblerait, comme en témoignent notamment les queues ci-dessus, que la signature gravée 'HIOLLE'

a. apparaît après 1880 et disparaît vers 1970
b. est d'abord proche du talon, ensuite sur une pointe claire et finalement près de la bague du fût à partir des années 1920, comme décrit dans une réclame parue page 2 du journal français 'Le Billard Sportif' n° 5 en 1922

c. est parfois accompagnée d'une décalcomanie jusque vers 1920 et beaucoup plus tard (dans les années 1960), d'un autocollant qui lui survivra.jusqu'en 1982.

.
____________________________________________________________________
(*) Les deux derniers bois étaient avant tout utilisés dans la construction des flèches.
(**) Ceux en plusieurs parties ont tous des joints en bois.
(***) La signature se trouve sur l'une des quatre pointes claires.

PrécédentSuivant

Accueil | Sommaire | Histoire | Je recherche | Recherche dans ce site | Contactez-moi | Liens