"Histoire du billard au féminin".


" Le Billard au sol, ancêtre du Billard sur table, est apparu, du moins dans les écrits, au 14ème siècle (tout en étant probablement plus ancien).

Les femmes comme les hommes s'adonnaient déjà à ce jeu :

D'après le "Journal de Paris" (1426), une jeune femme surnommée Margot surpasse les joueurs de Billard les plus habiles [1].

La tapisserie ci-dessous ("Le jeu de Tiquet", atelier de Bruges, 16ème siècle) reprend une gravure du 15ème siècle qui conforte cette idée que la "gent féminine" prenait autant de plaisir à ce jeu que les hommes.

.[i]

Le même thème est retrouvé quasi à l'identique sur cette autre tapisserie (du début du 17ème siècle) du peintre pour tapissiers Laurent GUYOT (1575-1644) qui a repris le carton du 16ème siècle de la tapisserie précédente :

[ii][..]


Tous les joueurs, hommes et femmes, utilisaient une "crosse". Puis le jeu de billard quitta la terre pour une "table". Les femmes continuèrent à utiliser une crosse qui leur permettait de jouer en position debout ou semi-penchée car le code de décence de l'époque exigeait de cacher les chevilles : "le Noble Jeu de Billard" (1643), tableau d'Abraham BOSSE (1602-1676).

.[iii]

Les femmes abandonnèrent la crosse pour une queue droite vers la fin du 18ème siècle, début du 19ème , ce qu'avaient déjà fait les hommes 50 ans plus tôt .

Parmi les femmes bien connues qui pratiquaient le billard pendant leurs loisirs, citons :

- Marie Stuart (1542-1587) et Marie-Antoinette d'Autriche (1755-1793), reines de France, qui jouent tous les jours.
- Catherine II la Grande (1729-1796), impératrice de Russie et la Reine Victoria du Royaume-Uni (1819-1901), elles aussi joueuses assidues.
- la romancière Madame de Staël (1766-1817) et l'Impératrice Marie-Louise d'Autriche (1791-1847), toutes deux brillantes au billard, ci-dessous, de gauche à droite.

..et.... [iv]


Marie-Louise d’Autriche (1791-1847), que l’on voit jouer une partie de billard avec son époux Napoléon 1er et le Maréchal Ney dans une illustration Clinedinst :


      Voici quelques documents montrant au cours du temps des hommes et des femmes jouant séparément ou ensemble :


- "Le jeu du billard" (1680 ca) de Nicolas Arnoult, graveur français (1650-1722). Les joueurs sont Louis XIV et la duchesse de Bourgogne.

[v]

- " Ladies and gentlemen playing billiards" (1756), dessin de Johann Esaias Nilson (1721-1788).

[vi]

Notons que les femmes se servent encore d'une crosse alors que les hommes (qui peuvent se permettre de jouer, même en position couchée) utilisent déjà d'une queue de billard.

- "La famille Johannes Remy" (1770 ca), œuvre du peintre allemand Januarius Zick (1730-1797) : où l'on voit que la Noblesse ou la Grande Bourgeoisie fréquentaient en famille ou pouvaient ouvrir leur porte à de vrais salons de jeux ( Billard, cartes, jeux divers, musique, etc...).

. [vii]


- "Jeu de billard" (1807), tableau peint par Louis Léopold Boilly (1761-1845), où une femme joue avec une queue de billard qui n'a pas encore de procédé.

. [viii]


      
Le billard se démocratisant de plus en plus, des cafés avec tables de billard s'ouvrent peu à peu. Surtout fréquentés par des hommes, leurs tenanciers n’apprécient généralement pas la présence de femmes. Ils vont même jusqu'à parfois interdire aux femmes l'utilisation de queues déjà munies d'un procédé arguant qu'elles risqueraient de déchirer le tapis du billard !

      Ainsi, sérieusement freiné dans son développement, le billard féminin garde néanmoins son succès auprès des artistes :

- Deux tableaux (1869) de Charles-Edouard Boutibonne (1816-1897), peintre français né en Hongrie :

(a) "Le jeu de billard".

...[ix]

(Une belle façon de jouer derrière le dos, position dite "à la hussarde").
(b) "Ladies playing billiards".

..[x]

(Une partie de billard entre femmes utilisant des queues de billard).

        
De 1880 à 1900, le billard féminin trouve désormais aussi sa place dans :


a) la publicité de la J. M. Brunswick and Balke Company aux Etats-Unis.


..[xi]


b) la série de cartes à collectionner "Games and Sports" (= jeux et sports). "Billiards" : ci-dessous la carte N° 165.


.

Un couple homme et femme jouant et une femme arbitre.

c) la carte postale ART NOUVEAU A.S.O. "Jeu de Billard - Femme" représentant une joueuse et les accessoires du billard à l'époque.



d) le livre "BILLIARDS" de William BROADFOOT (1896) dont voici deux de ses illustrations signées Lucien DAVIS (1860 - 1941).

???

Coup de départ........................................................Coup difficile.

D’après des documents du Chicago Billiard Museum, le joueur de billard connu sous le nom de ‘Professeur Kaarlus’, est le Belge Charles Van Doren. Élève du maître français Albert Garnier pendant quelque temps, il entre en 1889 à l’Académie de Billard Maurice Daly à New York. Très apprécié, il y devient instructeur de billard et créateur de nombreux coups de fantaisie.

Le talent de sa fille ‘May Kaarlus’, dont le vrai prénom est 'Mary',

..


est tel que Daly pense en 1915 qu’elle aurait surpassé la plupart des professionnels si elle avait poursuivi sa carrière.


Les femmes commencent à participer à des compétitions de billard :

Le premier Championnat de France féminin de billard à la partie libre (1932) est remporté par Yasmine d'Ouezzan (1913-1997).
Princesse marocaine, élève du professeur Fouquet, elle est la première Française à atteindre la série de 100 (1933
) [2].

. Yasmine d'Ouezzan 1932


Le billard féminin commença à percer aux États-Unis au début des années 1900 avec d'autres modes de jeu tels que 'le 14.1 continu' et ‘le jeu de la 9', sur table avec poches.

La première grande star féminine du billard américain fut l'Américaine Ruth McGinnis (1910-1974), ci-dessous à l'âge de 14 ans,

[xii]

appelée ‘La Reine du Billard’ plus tard et reconnue comme la championne du monde féminine de 1932 à 1940. Pour plus de détails, voir [3].

Elle est suivie par une autre Américaine, Jean Balukas (1959 - ), ci-dessous à l'âge de 7 ans lors d'une exhibition au Grand Central Terminal de New York. Considérée comme l'une des plus grandes joueues de billard à poches de tous les temps, elle fut admise au WPBA Hall of Fame en 2002.


[xii]

        La joueuse japonaise Masako Katsura (1913-1995) effectue une série incroyable de 10.000 caramboles lors d'une exhibition [3], au Japon, avant qu’elle ne parte aux Etats-Unis pour se marier en 1951.

        Cette star féminine, surnommée "Katsy" et parfois appelée la "First Lady of Billiards"réalise une belle performance lors d'un championnat mondial (1952) face à des joueurs masculins renommés, voir ci-dessous,

.[xiii] 1952 World's Three-Cushion sheet

Elle a participé maintes fois à des exhibitions à l'invitation de Willie Hoppe, de Welcher Cochran et de son professeur Kinrey Matsuyama

[xii]

Annonce d'une exhibition en Californie (1953).

Masako Katsura a été admise au WPBA Hall of Fame en1976, tout comme Ruth Mc Ginnis (à titre posthume).

        
Le livre de BYRNE Robert [4] montre son auteur observant Masako Katsura à l'oeuvre, lors d'une série de 100 caramboles, au Palace Billiards à San Francisco en 1976.

       Le premier championnat de France féminin de billard à la partie libre (1932) est organisé près de 50 ans plus tôt.
Depuis lors, les femmes pratiquent de plus en plus le Billard et leurs performances rejoignent souvent celles de nombreux champions masculins :

- La Néerlandaise Therese KLOMPENHOUWER a remporté en 2022 le Championnat du Monde Féminin aux 3 Bandes pour la 4ème fois, avec une moyenne générale de 1,39 et une meilleure série de 8 !



[xiv]

- La Française Magali DECLUNDER a remporté le Championnat d'Europe Féminin à la Partie Libre pour la 12ème fois, avec une moyenne générale de 76,5 et une meilleure série de 150 !


"Rions un peu"

       Ce qu'il est communément habituel d'appeler " la Belle Epoque " (1880-1914) a été marqué par une insouciance et un optimisme débordants. La grande et la petite bourgeoisie ainsi que le monde ouvrier se libèrent et s'encanaillent, chacun selon son statut social. Dans cette atmosphère "relachée", le Billard, pour l'ambiance et le décor, les Femmes que l'on disait volontiers frivoles, et la société (plutôt bourgeoise) de l'époque, particulièrement libérée, vont permettre à de nombreux artistes peintres et dessinateurs de s'illustrer dans les dessins et caricatures humoristiques, aux légendes souvent à double sens, cédant en cela à la mode de ce début de siècle, inaugurant un style parfois grivois qui va perdurer jusqu'à nos jours. Quelques exemples :

- Un dessin tiré des "Fantaisies Parisiennes" (vers 1885) par A. GREVIN (1827-1892), peintre et illustrateur, créateur du Musée Grévin de Paris ou Musée de Cire :

"Si vous le voulez bien, mon cousin, nous appellerons cela un manche..."


- Un dessin de JEANNIOT, célèbre peintre et illustrateur (1848-1934), tiré du journal "Le Rire" de 1904 :

" Le coup Fin "


"Baronne, le diable m'emporte !.. j'vous serre de près : gare au carambolage !"

- Un dessin tiré du journal "Le Rire" de 1927, de Raoul VION, très célèbre illustrateur, humoriste et caricaturiste (1872-1939) :

 " La Rouge touche "


- Un dessin suggestif du magazine "Le Rire" d'août 1899, intitulé "JEU DE BILLARD", de Georges MEUNIER, peintre, graveur, illustrateur et affichiste (1869-1942) :

" Trois femmes assises dans l'herbe "

- Deux dessins (parmi beaucoup d'autres) tirés de "la Vie Parisienne" d'octobre 1888, rubrique "Villégiatures - Au Billard". Ils sont l'oeuvre de Jacques ONFROY DE BREVILLE, dit JOB (1858-1931), encore un dessinateur, caricaturiste et illustrateur bien connu, qui nous présente une étude de moeurs autour du Billard.


- (1) "Pontife et bel esprit"

- (2) "Le Sexe Fort"



- Une page du magazine "Le Frou-Frou" de novembre 1906 : un dessin de Jack ABEILLE (on dit Abeillé) (1873-1939), également peintre, dessinateur, affichiste et illustrateur très apprécié dans les "Années Folles" et bien "côté" actuellement.


LE BILLARD
- Trois carambolalges dans une minute, ce n'est pas mal pour une femme du monde.

- Une carte postale très rare, brodée, fin 19ème, début 20ème siècles.



- "Le Billard Mondain", un extrait du journal "Le Sourire", fondé en 1899 par Maurice MERY et Alphonse ALLAIS. Dessin de Paul IRIBE (1883 - 1935) illustrateur de mode, décorateur et affichiste, considéré comme un des précurseurs de l' "Art Déco".



- Un dessin du magazine "Le Rire" d'avril 1904, mettant en scène Louis XIV : "Le jeu de Billard " : "Nom d'un chien comme elle sait rassembler ses billes"...: dessin d'Henri AVELOT (1873 - 1935), dessinateur, peintre et caricaturiste.




( Pour Billard: humour et caricatures )



 

[1]TROFFAES Georges, Le billard et l'histoire. Chronique des temps passés. Ed. Laguide, Paris, France, 1974.

[2] HEURTEBISE André, 3 billes aux reflets tricolores. Ed. Féd. Française, Thionville, France, 1984.

[3] SHAMOS Michaël, Le billard et le billard américain. Ed. Minerva, Paris, France, 1992.

[4] BYRNE Robert, Byrne's Treasury of Trick Shots in Pool and Billiards. Ed. Skyhorse Publishing. Inc., New York, Etats-Unis, 2012.

 

 

 

Crédit:

[i] Copyright : Musée d'art et d'histoire de Saint-Lô, Pierre-Yves Le Meur.

[ii] Cas Juffermans.

[iii] Copyright : Musée des Beaux-arts de Rennes - Jean-manuel Salingue.

[iv] Wikimedia Commons.

[v] Nicolas Arnoult, Public domain, via Wikimedia Commons.

[vi] National Gallery of Art, Washington, D.C.

[vii] Januarius Zick, Public domain, via Wikimedia Commons.

[viii] WahooArt.com.

[ix] Carte postale.

[x] Charles Edouard Boutibonne (1816 -1897), Public domain, via Wikimedia Commons.

[xi] J.M. Brunswick and Balke Company, Public domain, via Wikimedia Commons.

[xii] Public domain, via Wikimedia Commons.

[xi
ii] J.h. Gallegos.

[xiv] Crédit: Carambol, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons.

Cette page a été conçue avec la collaboration de Jean-Luc Chiche.

 

Précédent

 

Accueil | Sommaire | Histoire | Je recherche | Recherche dans ce site | Contactez-moi | Liens