A.
Livres du 19e siècle.


Auteurs français.


Livres


1. Teyssèdre (1827) 2. Mingaud (1830*) 3. Berger (1855) 4. Un amateur (1860) 5. Lemaire (1865) 6. Lalanne (1866) 7. Garnier (1880) 8. Mangin (1881) 9. Graveleuse (1881) 10. Vignaux (1895). Font également partie de la collection pour cette période, les livres de: Anonyme (1810), Bouvard (1818 et 1823*), Coriolis (1835, réédité en 1990), Charrier (1837), Cosson (1851*), Mangin (1876, 1881), Faraill (1879?), de Beauvais (1883*), Bédoc (1889*), Arnous de Rivière (1891) et Garnier (1891) (pour plus de détails, voir Section F. Listes).
* = fac-similé personnel.

Certains de ces auteurs sont des professeurs ou des amateurs de billard renommés qui montrent des diagrammes de coups du jeu à trois billes sur une table avec ou sans poches comme cela se pratiquait en France à l'époque. Voir exemples ci-dessous.

1837 CHARRIER. L'un des premiers champions connus (*).

....


La bille joueuse effectue deux bricoles consécutives et carambole les deux autres en évitant qu'une bille tombe dans une poche de la table et annule le point.


1855 BERGER Claudius. Le meilleur joueur de son temps. Il a perfectionné le jeu de la série [1].


. [i] ............(**)


Remarquons que la table de billard ci-dessus ainsi que celles montrées plus bas n'ont plus de poches.
La suppression des poches permet de jouer la série en toute liberté. La partie libre française a donc probablement débuté vers 1850.
Berger a introduit et fait adopter ce jeu aux Etats-Unis en 1862 [1]. A cette date parut à New-York un livre illustré dans lequel le jeu américain est décrit par Phelan (***) et le jeu français par Berger.

1865 LEMAIRE Désiré. L'un des grands joueurs de son époque [1], il était le professeur à la mode dans les châteaux de France [2].

........

Toutes les billes du livre sont coloriées à la main !


1881 MANGIN Eugène
. Le maître le plus complet qui ait existé avant Vignaux [1].

...............

Après avoir touché la bille collée à la bande ('coup dur'), la bille joueuse suit une trajectoire courbe.

Ce livre a également été publié ensemble, en un volume, avec... .

1880 GARNIER Albert (élève de Berger) [1]. Vainqueur du premier championnat du monde à la partie libre pour professionnels 1873.


......


Un des premiers livres avec diagrammes en couleurs.

L'auteur a également écrit: Nouveau traité de billard destiné aux amateurs. Ed. Sirven, Toulouse, France, 1891.

1895 VIGNAUX Maurice (élève de celui qui était reconnu comme le meilleur joueur parisien en 1869, Ubassy [3]). LE grand maître [1]. Vainqueur du premier championnat américain à la partie libre pour professionnels 1874.

....... (**)


Le jeu de la série à la partie libre française fait de grands progrès dans les années 1870 grâce à la 'série américaine' (****), qui consiste à d’abord rassembler les trois billes près d’une bande, puis à les déplacer le long de celle-ci par de multiples tout petits coups, parfois plus de 1000 !

En 1880 eut lieu à Paris un match mémorable en 4000 points entre Vignaux et George Slosson,

le meilleur joueur des Etats-Unis et grand spécialiste de la série américaine.

Le premier jour Slosson aligna une magnifique série de 1103 carambolages

et le lendemain Vignaux y répondit par une série de1531 carambolages pour gagner le match

et garder sa réputation d’invincibilité.


Pour rompre la monotonie de ce jeu, GRAVELEUSE Edmond, excellent amateur [4], propose (dans son livre datant de 1881) de tracer sur le tapis du billard des lignes parallèles aux bandes (voir ci-dessous) à une distance (D) de 12 ou 15 cm environ. Celles-ci délimitent les zones (les futurs cadres) près des bandes où plus de deux coups étaient interdits, la zone centrale restant libre de toute contrainte. Le premier tournoi imposant ces restrictions eut lieu à Chicago en 1883 avec D = 20 cm. Jack Schaefer père l'emporta avec une moyenne M de 23 points par coup et une meilleure série S de 220 et Vignaux obtint la 2e place ( M = 22 et S = 246). Le jeu au cadre était né ! D’autres tournois suivirent avec D croissant jusqu’à 45 cm en 1896 pour rendre le jeu encore plus difficile. Notons que ces restrictions furent rapidement contournées par la
série à la ligne où les deux billes à caramboler étaient amenées à cheval sur une ligne et déplacées sur elle en procédant comme pour la série américaine [4].



Parmi les plus forts joueurs qui n'ont pas écrit de livres, citons:

  • les Français

PAYSAN, ainsi nommé à cause de son 'aspect extérieur' [4]. Il inventa la "série" [2, 3] et se surnommait lui-même "Le Napoléon du billard" [4]. Selon un journal de l'époque,"Paysan s'est fait remarquer par le talent, maintenant si perfectionné, de rassembler les trois billes pour en tirer, ensuite, sans les éloigner, une série de carambolages qui ne laisse à l'adversaire que le loisir de demander le Moniteur". [ 2, 3, 6].

NOEL, connu pour ses massés spectaculaires [4]. Grand adversaire de Paysan.
SAURET, jeune homme élégant, doué, inventeur de l' "effet de côté", qui n'a pas fait du billard son métier [ 5]. Voir aussi [1, 6].
BURGER Charles, le rival de Berger. Le livre de Mangin [5], contient des biographies et des lettres de ces deux joueurs projetant un match entre eux en 1858 qui n'a finalement jamais en lieu. Voir aussi [1, 6].
BARTHELEMY Louis
, élève de Berger, devenu spécialiste des massés abracadabrants [1, 5, 6].
UBASSY, dit "le Furet", professeur de Vignaux [5] qui enseigna aussi aux Etats-Unis [1].
PIOT Lucien, le seul professeur français qui était capable de lutter avec Vignaux [1, 5].

  • les Belges


    DOCQUIER Alexis, meilleur joueur de son pays pendant 20 ans [5].
    GOFFART Léon, professeur avec une forêt de cheveux, spécialiste des coups de fantaisie [5].
    VALET, meilleur joueur de son pays à son époque [5]. ..
    .......






Retenons que ce 19e siècle a révolutionné le jeu du billard. Au début il a connu la grande invention par MINGAUD du "procédé" en cuir
(*****). Celui-ci a permis d'appliquer divers effets (rétro, massé, coulé ...) à la bille joueuse. Ainsi est né le jeu de la série. Les jeux au cadre et par trois bandes ont suivi et tous les trois se pratiquent encore aujourd'hui.


[1] ARNOUS DE RIVIERE Jules (élève de Berger), Traité populaire du jeu de billard. Ed. Marpon et Flammarion, Paris, France, 1891.
[2] TROFFAES Georges, Le billard et l'histoire. Chronique des temps passés. Ed. Laguide, Paris, France, 1974.
[3] ALBOUKER Robert, Autour du billard. Découvertes. Gallimard N°162, France, 1992.
[4] MARTY Jean, Billards, Ed. du Garde-Temps, Paris, France, 2002.
[5] MANGIN Eugène, Complément du nouveau traité du jeu de billard, Paris, France. 1880 (voir plus haut).
[6] ANONYME, La physiologie du billard par un amateur. Ed. Ledoyen, Paris, France, 1860. Ce livre, (à droite), très rare, est intéressant car son auteur, passionné de billard, a vécu et décrit la période 1800-60.


(*) Pour plus de détails, voir Section D. Livres rares et Détails.
(**)
Ce diagramme montre comment rassembler trois billes dans un petit espace (voir cercle). D'autres exemples peuvent être vus dans ce livre ainsi que dans les autres livres traitant de la partie libre française.
(***) Michael Phelan est alors à la fois l'auteur de 'Billiards without a master', premier livre américain de billard (1850), et le plus brillant joueur des Etats-Unis
(****)
Ce style de jeu, dont l’invention est l’œuvre des deux frères canadiens Dion [2], est connu de Mangin, Garnier et Vignaux.
(*****) voir Section Q. Historique.(Queues).



Crédit:

[i] Wikimedia Commons.


.PrécédentSuivant

Accueil | Sommaire | Histoire | Je recherche | Recherche dans ce site | Contactez-moi | Liens